Souviens-toi des jours d'antan, méditez les années d'âge en âge, interroge ton père, il te l'enseignera, tes aïeux ils te le diront... (Devarim - Deuteronome 32/7)                                   La première encyclopédie d'histoire juive sur internet                                   Actuellement sur le site : un index de 1 noms !                                   HEBR@ICA est lu dans + de 80 pays
NEWSLETTER : Abonnez-vous !
Visiteurs : - Pages :
Horaires Chabat (*)
Parachah
Paris
Jérusalem
* rajouter l'heure d'été
Faites-vous connaitre !
Partenaires
Hassidout.org
UNIFAN
Israel Magazine
History Media
Payements acceptés
Ce qu'ils ont dit...

Les Juifs demandent a être des citoyens.
« … Il y a longtemps Messieurs, que les Juifs domiciliés, si toutefois on peut appeler domiciliés des hommes qui ne sont pas des citoyens, qui ne jouissent pas même des droits de l’Homme, et qui, tantôt soufferts tantôt persécutés...»
Stanislas –Marie-Adélaïde comte de Clermont-Tonnerre

Paroles de nos sages

Pourquoi le Messie ne vient-il pas ? Parce que nous sommes aujourd’hui identiques à ce que nous étions hier.
7 lois de Noé

Le saviez-vous ?

Le plus humble des hommes.
Moïse fut le plus grand prophète que connu le peuple d’Israël, il est celui qui « monta » dans les Cieux recevoir la Torah, la loi et ses commentaires. C’est l’homme qui fut le plus proche de Dieu, le plus sage, et dont le savoir fut le plus étendu. Néanmoins, la Torah nous dit aussi ; il n’y eut pas au monde de plus humble que lui. Moïse croyait réellement qu’il n’avait pas assez de sagesse, ni assez de crainte de Dieu, ni assez de mérite. Il croyait que n’importe lequel des six cent mille hommes dont il était le chef valais plus que lui. Comment est-il possible qu’un tel homme pût croire que sa sagesse et son mérite fussent insuffisantes pour mériter de recevoir la Torah ? Les sages répondent que Moïse fut si proche de Dieu, qu’il se rendit compte que sa sagesse, si grande fut-elle, était peu de chose comparée à la source même de la Sagesse. Moïse vit les trésors de la Sagesse qui sont l’apanage de Dieu, et comprit que la totalité de cette sagesse était hors de sa portée. Tout ce qu’il pouvait en posséder, c’était le peu qu’il pourait apprendre, c'est-à-dire, une goutte d’eau comparée à l’océan. Il en va de même avec tous les hommes sages. Ils savent qu’ils ont beau apprendre, ce ne sera toujours que peu de chose en comparaison de la Sagesse Divine, qui est hors de leur portée. Insensé est celui qui croit tout connaître et se persuade que le peu de connaissance qu’il possède représente tout le savoir du monde.

lois noé
lois noé
 
 
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, du texte ou de la nomenclature de ce site
est strictement interdite, étant la propriété de l'Institut de Recherche Francophone d'Histoire Juive ©
Meïr ben David direction@hebraica.org © Déclaration CNIL 1160452 - Webmarketing SO : réalisation du site et référencement